CompanyMood
Führungskräfte unterstützen - Mitarbeiterfeedback mit CompanyMood
Satisfaction des employés

Vous travaillez encore ou vous procrastinez ?

Aimez-vous aussi reporter des tâches désagréables ? << Oh, il est encore temps pour cela >> ou << Je préfère faire autre chose d’abord – quelque chose que j’aime davantage >> sont des déclarations qui vous semblent familières ? Chaque jour, les employés passent une heure et demie à trois heures sur leur lieu de travail à s’occuper de choses privées et non professionnelles [1] et acceptent donc que leur travail professionnel réel souffre d’un report. Par leur comportement, ils ne nuisent pas seulement à eux-mêmes, mais aussi à l’entreprise, à leurs collègues et à leurs clients [2], sans avoir l’intention de le faire. Ce report – ou procrastination – touche 15 à 20 % des adultes [3]. Bien que les tâches doivent être accomplies, elles sont repoussées loin en arrière… mais pourquoi ? Quelles sont les causes sous-jacentes de ce comportement ?

Comment se développe la procrastination ?

La procrastination ne porte pas sur les capacités ou les qualités de chaque employé, mais sur la tâche elle-même (pertinence, contenu, difficulté, type et durée) [4,5]. Si la tâche à accomplir est trop difficile, un sentiment de surcharge cognitive se développe rapidement et un mécanisme de protection se développe. La peur de l’échec, l’incapacité de faire face aux exigences du travail dans le délai imparti [6] et le manque de concentration [7], de discipline et de persévérance entraînent un comportement suspensif [4].

Les personnes affectées ont généralement une mauvaise organisation dans le temps, peu de contrôle des impulsions [8], une faible tolérance à la frustration et une forte peur de l’évaluation [9,10]. Ils évaluent si l’information disponible est suffisante pour accomplir la tâche [5]. Sinon, et en raison de leur difficulté à prendre des décisions [9,10], le report des tâches semble être l’option la plus évidente.


La procrastination et le stress

Les obligations, les décisions et les tâches qui sont reportées en raison d’exigences peu exigeantes [2], de craintes d’échec ou de difficultés dans la prise de décision, ou qui ne sont traitées que peu avant la date limite, entraînent un stress accru lié au travail [11,12]. Cela peut être considéré non seulement comme une conséquence de la procrastination, mais aussi comme son déclencheur. Il est donc concevable que certaines tâches soient délibérément retardées afin de se protéger contre le stress lié au travail [13]. Cependant, cette stratégie n’a pas l’effet escompté, bien au contraire : le temps perdu, les performances médiocres et la forte pression du temps vers la fin [14] provoquent encore plus de stress [6].

Qui garde la vue d’ensemble ?

Comment éviter la procrastination ?

Afin d’éviter le report des tâches, il convient de créer dès le départ un environnement de travail adapté aux besoins, aux qualités et aux capacités individuelles des employés [15].

Selon Ulich [16], il est recommandé de concevoir une tâche de travail de manière à promouvoir la santé, la compétence professionnelle et sociale, l’auto-efficacité et la flexibilité des employés [17]. Une conception réussie des tâches présente les caractéristiques suivantes [16,17] :

  1. L’intégralité : une tâche doit comporter des éléments de planification, d’exécution et de contrôle, y compris la possibilité de comparer leurs besoins aux résultats individuels. Ainsi, les employés conservent le contrôle de la tâche.
  2. La diversité des exigences : des exigences différentes exigent des capacités, des compétences et des connaissances individuelles de la part des employés de différentes manières et évitent l’ennui.
  3. Les possibilités d’interaction sociale : les tâches sont résolues en coopération et conjointement.
  4. L’autonomie : cela garantit des possibilités de prise de décision et une liberté de manœuvre.
  5. Les possibilités d’apprentissage et de perfectionnement : pour résoudre le problème, les qualifications existantes et celles qui viennent d’être acquises font ressortir ce qu’il y a de mieux chez les employés.

Dans les cours de formation à la gestion du temps, par exemple, ils apprennent des stratégies pour réduire la tension et le stress, ainsi que pour planifier le temps et organiser la planification afin de se concentrer sur les tâches pertinentes et ainsi être en mesure d’influencer positivement leur propre performance [14]. En même temps, l’environnement social peut aider à créer des structures et à créer un sentiment de contrôle [14].

Les collègues peuvent aider à mieux planifier le calendrier et à le structurer.

Mais toute l’aide et les conseils bien intentionnés ne suffisent pas si vous n’avez pas la volonté ou la motivation pour faire une réelle différence. Même un manque d’idées sur la façon dont les tâches désagréables pourraient être accomplies directement conduit souvent certains employés à simplement maintenir leur comportement actuel. Les déclarations dites << quand – j’irai >> [18] ont fait leurs preuves scientifiques dans de telles situations : << Quand je me mettrai au travail demain, j’irai d’abord à la tâche XY >>.

La volonté individuelle et le soutien supplémentaire de l’extérieur permettront aux employés concernés de ne plus différer les tâches et d’affronter leur travail plus ouvertement et plus volontiers.

Identification des perturbations du travail et des charges liées à l’emploi par CompanyMood

Nous serons heureux de vous aider dans l’étude des perturbations du travail et des charges liées à l’emploi. Utilisez CompanyMood pour identifier et enregistrer les facteurs de stress sur le lieu de travail. Veuillez également lire nos articles sur le stress et la pleine conscience.

Sources

[1] Paulsen, R. (2015). Non-work at work: Resistance or what? Organization, 22, 351–367. DOI: 10.1177/1350508413515541

[2] Metin, U. M., Taris, T. W., & Peeters, M. C. W. (2016). Measuring procrastination at work and its associated workplace aspects. Personality and Individual Differences, 101, 254–263. DOI:10.1016/j.paid.2016.06.006

[3] Harriott, J., & Ferrari, J. (1996). Prevalence of procrastination among samples of adults. Psychological Reports, 78, 611–616.DOI: 10.2466/pr0.1996.78.2.611

[4] Fydrich, T. (2009). Arbeitsstörungen und Prokrastination. Psychotherapeut, 54, 318–325. DOI 10.1007/s00278-009-0696-0

[5] Harris, N. N., & Sutton, R. I. (1983). Task procrastination in organizations: A framework for research. Human Relations, 36, 987–996. DOI:10.1177/001872678303601102

[6] Chu, C., & Choi, J. N. (2005). Rethinking procrastination: Positive effects of “active” procrastination behavior on attitudes and performance. The Journal of Social Psychology, 145, 245–247. DOI:10.3200/socp.145.3.245-264

[7] Ekundayo, H. T., Konwea, P. E., & Yusuf, M. A. (2010). Towards effective time management among lecturers in Nigerian universities. Journal of Emerging Trends in Educational Research and Policy Studies, 1, 22–24.

[8] Steel, P. (2007). The nature of procrastination: A meta-analytic and theoretical review of quintessential of self-regulatory failure. Psychological Bulletin, 133, 65–94. DOI: 10.1037/0033-2909.133.1.65

[9] Binder, K. (2000). The effects of an academic procrastination treatment on student procrastination and subjective well-being. Dissertation publiée, Carleton University Ottawa, Ontario. 1–29. DOI: 10.22215/etd/2000-04663

[10] Solomon, L. J., & Rothblum, E. D. (1984). Academic procrastination: Frequency and cognitive-behavioral correlates. Journal of Counseling Psychology, 31, 503–509. DOI: 10.1037/0022-0167.31.4.503

[11] Beheshtifar, M., Hoseinifar, H., & Moghadam, M. N. (2011). Effect procrastination on work-related stress. European Journal of Economics, Finance and Administrative Sciences, 38, 59–64.

[12] Dilmac, B. (2009). An analysis of teachers’ general tendency to procrastinate, perception of professional efficiency/self efficiency and altruism. Electronic Journal of Research in Educational Psychology, 7, 1323–1338. DOI: 10.25115/ejrep.v7i19.1332

[13] Tice, D. M., & Baumeister, R. F. (1997). Longitudinal study of procrastination, performance, stress, and health: The costs and benefits of dawdling. Psychological Science, 8, 454–458. DOI:10.1111/j.1467-9280.1997.tb00460.x

[14] Van Eerde, W. (2003). Procrastination at work and time management time. The Journal of Psychology, 137, 421–434. DOI: 10.1080/00223980309600625

[15] Petrou, P., Demerouti, E., Peeters, M. C. W., Schaufeli, W. B., & Hetland, J. (2012). Crafting a job on a daily basis: Contextual correlates and the link to work engagement. Journal of Organizational Behavior, 33, 1120–1141. DOI: 10.1002/job.1783

[16] Ulich, E. (2001). Arbeitspsychologie (5e édition). Zürich: vdf Hochschulverlag / Stuttgart: Schäffer Poeschel.

[17] Ulich, E. (2004). Gestaltung von Arbeitstätigkeiten. Dans H. Schuler (Hrsg.), Lehrbuch Organisationspsychologie (pp. 222–251). Bern: Hans Huber.

[18] Gollwitzer, P. M., & Brandstätter, V. (1997). Implementation intentions and effective goal pursuit. Journal of Personality and Social Psychology, 73, 186–199. DOI: 10.1037/0022-3514.73.1.186

Stephanie Wörz

Als Master-Psychologin mit dem Schwerpunkt der Arbeits- und Organisationspsychologie bin ich im Bereich Business Development tätig. Ich stehe meinen Kollegen bei der Entwicklung von CompanyMood mit psychologischem Fachwissen zur Seite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *