CompanyMood
Führungskräfte unterstützen - Mitarbeiterfeedback mit CompanyMood
Satisfaction des employés

Des employés satisfaits grâce à la pleine conscience

La satisfaction d’un employé est un facteur pertinent pour le succès d’une entreprise. Cependant, la question de savoir comment atteindre et maintenir cette satisfaction est récurrente. Le concept de pleine conscience dans le cadre de la gestion de la santé au travail est un exemple de la manière de le maintenir. Cela signifie un état de vigilance non évaluative et la perception consciente des expériences actuelles [1,2]. Complètement sans évaluation et analyse d’une situation, mais déjà avec son acceptation, l’attention est de se reposer ainsi complètement sur les événements et les choses, qui se produisent dans le moment présent [2,3], afin d’entrer ainsi en contact plus étroit avec les propres valeurs et besoins [4].

La pleine conscience dans les opérations quotidiennes

Particulièrement dans les emplois avec des contacts fréquents avec les clients, où les employés sont confrontés à un stress émotionnel, cela peut conduire à l’épuisement émotionnel et à une moindre satisfaction au travail [5]. Des études portant sur la théorie des événements affectifs [6] prouvent que la pleine conscience a un effet positif sur l’épuisement émotionnel et la satisfaction professionnelle [7]. La plupart des milieux de travail confrontent également les employés à une variété d’exigences, dont le traitement exige un degré élevé de maîtrise de soi et de compétences réglementaires [8]. Un comportement conscient simplifie l’évaluation des événements stressants et émotionnels : les exigences du travail peuvent conduire à des réactions affectives positives (de la situation de travail), ce qui à son tour conduit à une plus grande satisfaction professionnelle [6].

Intégrer un comportement conscient dans votre routine de travail quotidienne et prévenir ainsi le stress.

Des formations basées sur la pleine conscience

Il existe un certain nombre de formations fondées sur la pleine conscience qui favorisent la réduction du stress et le bien-être individuel [9,10]. Les plus connues sont la réduction du stress basée sur la pleine conscience [11] et la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience [12], qui comprennent la méditation, le scanner corporel, les exercices respiratoires, le hatha yoga, etc. L’inconvénient d’une telle procédure est le temps qu’elle prend, de sorte que la plupart des entreprises sont dissuadées de suivre la formation [13]. Pour cette raison, certains auteurs ont présenté une version abrégée : Avec seulement 15-20 minutes par jour et une période de 4-5 semaines, les employés peuvent intégrer les petits exercices dans leur travail quotidien sans perdre beaucoup de temps (de travail) pour eux-mêmes et l’entreprise [14,15].

Que pouvez-vous faire concrètement ?

Il n’est donc pas toujours nécessaire de faire des exercices qui prennent beaucoup de temps – si vous intégrez régulièrement de courts exercices de respiration ou de relaxation dans votre routine quotidienne de travail, vous prévenez déjà les réactions de stress psychologiques ou physiques. Avec seulement trois minutes d’exercices respiratoires par jour, vous pouvez réduire considérablement votre sensation de stress. En même temps, votre confiance en vous et votre satisfaction de vivre augmentent [15].

Appliqué à votre travail, cela signifie qu’il est important de prendre consciemment des pauses afin de pouvoir récupérer, de faire taire parfois le téléphone portable, de manger consciemment la première bouchée d’un repas, de fermer consciemment les yeux pendant 1-2 minutes et de vous concentrer complètement sur votre propre respiration, de supprimer consciemment les bruits de fond et conversations… pour faire par vous-même ce qui est possible maintenant (à cette heure-ci).

Identification des charges liées à l’emploi par CompanyMood

Nous vous aidons volontiers à recouvrer les frais liés à l’emploi. Utilisez CompanyMood pour identifier et enregistrer les facteurs de stress sur le lieu de travail. Essayez gratuitement CompanyMood dans son intégralité pendant 30 jours.

Veuillez également lire nos articles sur l’évaluation des risques psychologiques et le stress au travail.


Sources

[1] Bishop, S. R., Lau, M., Shapiro, S., Carlson, L., Anderson, N. D., Carmody, J., . . . Devins, G. (2004). Mindfulness: A proposed operational definition. Clinical Psychology: Science and Practice, 11, 230–241. doi:10.1093/clipsy.bph077

[2] Brown, K. W., & Ryan, R. M. (2003). The benefits of being present: Mindfulness and its role in psychological well-being. Journal of Personality and Social Psychology, 84, 822–848. doi:10.1037/0022-3514.84.4.822

[3] Baer, R. A., Smith, G. T., Hopkins, J., Krietemeyer, J., & Toney, L. (2006). Using self-report assessment methods to explore facets of mindfulness. Assessment, 13, 27–45. doi:10.1177/1073191105283504

[4] Shapiro, S. L., Carlson, L. E., Astin, J. A., & Freedman, B. (2006). Mechanisms of mindfulness. Journal of Clinical Psychology, 62, 373–386. doi:10.1002/jclp.20237

[5] Côté, S., & Morgan, L. M. (2002). A longitudinal analysis of the association between emotion regulation, job satisfaction, and intentions to quit. Journal of Organizational Behavior, 23, 947–962. doi:10.1002/job.174

[6] Weiss, H. M., & Cropanzano, R. (1996). Affective events theory: A theoretical discussion of the structure, causes and consequences of affective experiences at work. In B. M. Staw & L. L. Cummings (Hrsg.), Research in organizational behavior: An annual series of analytical essays and critical reviews (pp. 1–74). London, England: JAI Press.

[7] Hülsheger, U. R., Alberts, H. J. E. M., Feinholdt, A., & Lang, J. W. B. (2013). Benefits of mindfulness at work: The role of mindfulness in emotion regulation, emotional exhaustion, and job satisfaction. Journal of Applied Psychology, 98, 310–333. doi:10.1037/a0031313

[8] Baumeister, R. F., Bratslavsky, E., Muraven, M., & Tice, D. M. (1998). Ego depletion: Is the active self a limited resource? Journal of Personality and Social Psychology, 74, 1252–1265. doi:10.1037/0022-3514.74.5.1252

[9] Allen, T. D., Eby, L., Conley, K. M., Williamson, R. L., Mancini, V. S., & Mitchell M. E. (2015). What do we really know about the effects of mindfulness-based training in the workplace? Industrial and Organizational Psychology, 8, 652–661. doi:10.1017/iop.2015.95

[10] Irving, J. A., Dobkin, P. L., & Park, J. (2009). Cultivating mindfulness in health care professionals: A review of empirical studies of mindfulness based stress reduction (MBSR). Complementary Therapies in Clinical Practice, 15, 61–66. doi:10.1016/j.ctcp.2009.01.002

[11] Kabat-Zinn, J. (1982). An outpatient program in behavioral medicine for chronic pain patients based on the practice of mindfulness meditation: Theoretical considerations and preliminary results. General Hospital Psychiatry, 4, 33–47. doi:10.1016/0163-8343(82)90026-3

[12] Segal, Z., Williams, M. R., & Teasdale, J. (2002). Mindfulness-based cognitive therapy for depression: A new approach to preventing relapse.New York, NY: Guilford Press.

[13] Cullen, M. (2011). Mindfulness-based interventions: An emerging phenomenon. Mindfulness, 2, 186–193. doi:10.1007/s12671-011

[14] Mackenzie, C. S., Poulin, P. A., & Seidman-Carlson, R. (2006). A brief mindfulness-based stress reduction intervention for nurses and nurse aides. Applied Nursing Research, 19, 105–109.

[15] Shapiro, S. L., Astin, J. A., Bishop, S. R., & Cordova, M. (2005). Mindfulness-based stress reduction for health care professionals: Results from a randomized trial. International Journal of Stress Management, 12, 164–176. doi:10.1037/1072-5245.12.2.164

Stephanie Wörz

Als Master-Psychologin mit dem Schwerpunkt der Arbeits- und Organisationspsychologie bin ich im Bereich Business Development tätig. Ich stehe meinen Kollegen bei der Entwicklung von CompanyMood mit psychologischem Fachwissen zur Seite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *