CompanyMood
Führungskräfte unterstützen - Mitarbeiterfeedback mit CompanyMood
Marque Employeur Satisfaction des employés

L’ergonomie sur le lieu de travail

Avez-vous déjà remarqué comment vous vous asseyez à votre bureau ? Êtes-vous assis sur votre chaise, le dos tordu et totalement inconfortable…. des tensions, maux de dos ou maux de tête ne sont pas rares lorsque vous quittez votre lieu de travail après huit heures ? Il est alors possible que votre environnement de travail ne soit pas ergonomique et ait un effet négatif sur votre santé.

Que signifie l’ergonomie ?

Travailler ergonomiquement, c’est <<travailler (ou pouvoir travailler) de manière à obtenir des résultats optimaux et à ce que la personne reste en bonne santé, en forme, efficace et sans fatigue>> [1].

Quelles sont les fonctions de l’ergonomie ?

  • L’adaptation des conditions de travail aux besoins des employés [1]
  • La protection individuelle de la santé et du psychisme [1]
  • Le développement de la personnalité, y compris marge de manœuvre et possibilités de formation continue [1]
Ce fauteuil est-il vraiment confortable et ergonomique ?

Les postes de travail ergonomiques ne sont considérés comme des postes de travail que lorsqu’il n’y a plus de danger pour la santé et qu’un travail adéquat est possible [1]. Par exemple, une mauvaise posture entraîne un inconfort médullaire, des tensions, des maux de tête, des engourdissements dans les bras ou les jambes. Le facteur décisif est la durée de la souche. Les processus de travail statiques peuvent causer un inconfort sans compensation physique (les temps d’assise ou mouvements interrompus) [1].

Ceux-ci sont souvent amplifiés par le stress et d’autres influences telles qu’un éclairage défavorable, des niveaux de bruit excessifs ou une pièce bouchée [1]. D’autre part, un sommeil réparateur, l’environnement social, la nutrition et les loisirs contribuent à un comportement sain et ergonomique sur le lieu de travail et à la réduction des surcharges et des dommages [1].

Le concept à 5 piliers selon Just

Just (2011) décrit un concept qu’il appelle le concept des cinq piliers. Selon ce concept, les facteurs d’ergonomie relationelle et comportementale, d’autogestion, d’absence de plaintes et de nutrition conduisent à une performance et un bien-être accrus [1].

L’ergonomie relationnelle

L’ergonomie relationnelle devrait réduire le stress lié au travail par des mesures appropriées et tenir compte des conditions de travail et de l’environnement de travail ergonomique, c’est-à-dire les équipements de travail, l’air, le bruit et les conditions d’éclairage, etc. [1]. Par exemple, un éclairage inadéquat entraîne une fatigue prématurée, des maux de tête et des douleurs oculaires, une fréquence accrue d’erreurs et un risque accru d’accidents [2].

Ergonomiquement, la source lumineuse serait placée parallèlement à la fenêtre [3], rayonnant contre un mur et, dans le cas des droitiers, rayonnant de la gauche – dans le cas des gauchers, de la droite – ou de l’avant sur le plan de travail. L’éclairage indirect ne doit pas scintiller ou éblouir et éviter les ombres [2].

L’espace de travail lui-même doit également être de taille adéquate, lumineux et équipé de sources de lumière naturelle. Si la chaise et la table ne peuvent pas être réglées individuellement, les repose-pieds peuvent aider à rendre l’assise plus ergonomique [4]. Dans le meilleur des cas, la hauteur du bureau peut être réglée de manière à ce que le travail puisse également être effectué debout.

L’ergonomie sur le lieu de travail

Mais attention ! Le fait de rester debout trop longtemps peut aussi avoir des effets sur la santé [5] : des varices, maux de dos, tensions ou maux de tête peuvent aussi en être le résultat [3]. D’autre part, les lieux de travail dynamiques, c’est-à-dire les activités alternées en position assise et debout, stimulent la concentration d’oxygène en augmentant le débit sanguin et l’absorption d’oxygène [3].

L’ergonomie comportementale

Que ce soit par l’exercice, la nutrition ou la relaxation, l’ergonomie comportementale – comme son nom l’indique – renvoie au comportement individuel et à son évolution vers un comportement ergonomique au travail [1]. Les mouvements correctement exécutés, que ce soit en position assise, debout ou couchée, sont les plus importants pour éviter de surcharger le corps et de l’endommager à long terme [1]. Par exemple, une posture non rotée, activement droite et symétrique caractérise les positions typiques d’un dentiste traitant.

Le travail au bureau ou à la réception est optimisé par une position assise appropriée au bureau et des mouvements de levage et de transport corrects. Selon des études de certaines caisses d’assurance maladie, une posture non ergonomique conduit à la maladie répandue n°1 : les maux de dos [3]. Les employés de bureau, en particulier, s’assoient environ onze heures par jour. Sans exercice physique suffisant ou compensation appropriée, la probabilité d’apparition de troubles musculo-squelettiques augmente, ce qui entraîne un nombre extrêmement élevé de jours d’absence [3].


Que pouvez-vous faire concrètement ?

L’autogestion

Créez une structure en abordant vos tâches d’une manière concrète, significative et ciblée. Réfléchissez à ce qui déclenche le stress ou la pression en vous et élaborez des stratégies qui vous aideront à mieux y faire face [1].

La nutrition

Ne vous mettez pas sous pression en croyant qu’une alimentation équilibrée est l’ultime et aide contre tout. Bien sûr, une alimentation saine ne vous fera pas de mal, mais il faut parfois que ce soit une barre de chocolat pour réduire le stress [1] !

L’absence de plainte

Ne vous reposez pas sur les mesures de votre entreprise, mais devenez vous-même actif afin de soulager la douleur potentielle ou de la contrer de manière préventive. Les exercices de remise en forme et les méthodes de relaxation (relaxation musculaire progressive selon Jacobsen (RMP), méditation ou yoga) aident à maintenir ou à rétablir votre capacité à travailler et à vous libérer de la douleur [1].

L’identification des facteurs de stress avec CompanyMood

Nous serons heureux de vous aider à enregistrer vos charges de travail. Utilisez CompanyMood pour évaluer les dangers mentaux et identifier les facteurs de stress sur le lieu de travail. Veuillez également lire notre article sur l’évaluation des risques psychologiques.

Les sources

[1]  Just, M. (2011). Die Arbeit in der Zahnarztpraxis. Die 5 Säulen der Ergonomie. Prävention und Anwendung für das zahnärztliche Team (pp. 8–14). Herne: Zahnärztlicher Fach-Verlag.

[2] Dettmer, H., Blindow, W., Böhm, R., Czenskowsky, T., Degott, P., Dettmer, S., … Wehrheim, R. (2012). Personalintegration und -einsatz. In H. Dettmer, & T. Hausmann (Ed.), Organisations-/Personalmanagement und Arbeitsrecht (pp. 182–183). Hamburg: Verlag Handwerk und Technik.

[3] Kolthoff, J. F. (2019). Ergonomie am Arbeitsplatz: So sitzen Sie richtig. Récupéré par https://www.humanresourcesmanager.de/news/ergonomie-am-arbeitsplatz-so-sitzen-sie-richtig.html

[4] Wittig-Goetz, U. (2018). Ergonomie und Gesundheit. Récupéré par https://www.ergo-online.de/ergonomie-und-gesundheit/arbeitsplatzgestaltung/mobiliar/artikel/stehen-und-sitzen/fussstuetzen-an-sitzarbeitsplaetzen/

[5] Backé, E. M., Kreis, L., & Latza, U. (2019). Interventionen am Arbeitsplatz, die zur Veränderung des Sitzverhaltens anregen. Zentralblatt für Arbeitsmedizin, Arbeitsschutz und Ergonomie, 69, 1–10. Doi:10.1007/s40664-018-0284-7

Stephanie Wörz

Als Master-Psychologin mit dem Schwerpunkt der Arbeits- und Organisationspsychologie bin ich im Bereich Business Development tätig. Ich stehe meinen Kollegen bei der Entwicklung von CompanyMood mit psychologischem Fachwissen zur Seite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *